Accueil » MII » Traitements » Chirurgie

Chirurgie

Chirurgie : la maladie de Crohn

Malgré les changements dans le régime alimentaire, le mode de vie, et les progrès dans les traitements médicaux, des patients atteints de la maladie de Crohn peuvent nécessiter une intervention chirurgicale – soit pour contrôler la maladie ou pour traiter les complications associées. Le médecin peut recommander une intervention chirurgicale pour enlever un segment endommagé de l’intestin, fermer des fistules, ou enlever le tissu cicatriciel.

Dans la plupart des cas, une ‘résection’ est effectuée lorsque le segment malade de l’intestin et des abcès associés sont supprimés. Cette étape est suivie par ‘l’anastomose’, une intervention impliquant la suture des deux extrémités de l’intestin en bonne santé.

La Stricturoplastie est une autre procédure commune aux patients atteints de la maladie de Crohn et implique l’élargissement d’un segment de l’intestin qui est devenu trop étroit.

Une iléostomie peut également être nécessaire pour les patients où l’anastomose n’est pas possible en raison d’un rectum malade. Une iléostomie consiste à relier l’extrémité de l’intestin grêle (l’iléon) vers l’extérieur à travers la paroi de l’abdomen de telle sorte que les matières fécales peuvent être récupérées dans une pochette fixée à l’abdomen.

Les avantages de toutes ces chirurgies, cependant, sont parfois qu’à court terme car la maladie se reproduit souvent soit à proximité du tissu reconnecté ou ailleurs dans le tube digestif. Selon les statistiques de la Clinic Mayo, près de trois personnes sur quatre personnes atteintes de la maladie de Crohn auront recours à un de ces types de chirurgie, et près de la moitié de ceux-ci subiront une deuxième procédure. La chirurgie et les médicaments aidant à réduire le risque de récidive, sont donc les meilleures méthodes de traitement à long terme.

Chirurgie : la colite ulcéreuse

Les statistiques démontrent qu’un quart à un tiers des patients atteints de colite ulcéreuse n’obtiennent pas la guérison complète par le traitement médical et que certaines complications subsitent aux traitements. Dans ces circonstances, une intervention chirurgicale peut être envisagée. Cette chirurgie implique la suppression totale du côlon (colectomie). Contrairement à la maladie de Crohn, qui peut se manifester après la chirurgie, la colite ulcéreuse est  » guérie  » une fois que le colon est enlevé.

Pour soulager la colite ulcéreuse, deux approches chirurgicales sont envisagées et les recommandations sont basées sur un certain nombre de facteurs tels que l’étendue de la maladie et l’âge et la santé globale du patient. La première approche implique l’enlèvement de l’ensemble du côlon et du rectum, avec la création d’une iléostomie (une ouverture de l’abdomen à travers laquelle les matières fécales sont vidées dans une pochette). La seconde procédure implique également l’enlèvement du colon, mais elle évite une iléostomie. En créant une poche interne à partir de l’intestin grêle et en le fixant au muscle du sphincter anal, le chirurgien peut préserver l’intégrité de l’intestin et éliminer la nécessité pour le patient de porter un dispositif de stomie externe.